L’observance dans le traitement du glaucome

En ce mois de janvier, mois de la sensibilisation au glaucome tout particulièrement en Amérique du Nord, avant la semaine mondiale du glaucome en mars, Horus Pharma et l'Association France glaucome ont émis un communiqué de presse conjointement pour sensibiliser les...

Le glaucome de A à Z – Le glaucome expliqué aux patients

L'Association France Glaucome a le plaisir de mettre à la disposition des patients un livret qui explique le glaucome de A à Z. Ce livret a été réalisé par nos soins avec l'aide de la Société Française du glaucome et le soutien des Laboratoires Théa. Vous y trouverez...

Recherche : Les pistes de recherche thérapeutique

23 avril 2019 | Recherche et vision, Vidéos

Le glaucome est une dégénérescence accélérée du nerf optique. Les traitements actuels, qui consistent à réduire la pression régnant à l’intérieur de l’œil permettent de ralentir voire stopper l’évolution du glaucome. A ce jour, il n’est par contre pas possible de régénérer un nerf optique atteint de glaucome ou de le remplacer. Le glaucome reste donc une maladie irréversible, ce qui explique l’importance d’un dépistage et d’un traitement précoce.

La recherche est néanmoins active dans ce domaine, et il est tout à fait envisageable que dans le futur on puisse « réparer » un nerf optique atteint de glaucome. Les pistes de recherche sont nombreuses : médicaments ou substances neuroprotecteurs, thérapie génique de façon à induire une multiplication des cellules du nerf optique, greffe de cellules souches qui pourraient ensuite se différencier et renforcer le nerf optique, nerfs optiques artificiels, etc. Les travaux de recherche sont encore au stade d’expérimentations chez l’animal, mais on peut espérer des premières évaluations chez des patients glaucomateux dans les années à venir.

Un exemple de recherche : Une percée dans le traitement du glaucome (article paru le 21 juin 2018 sur le site de radio canada)

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1108434/glaucome-traitement-percee-importante-gouttes-ophtalmiques

Interview de la Professeure Adriana Di Polo (Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM)) :

Sur le même thème

Aller au contenu principal