Bourse de recherche de l’AFG, la remise des prix

Le samedi 7 mai, lors de l'Assemblée Générale de la SFG au Palais des congrès de Paris, les 2 prix des bourses de recherche ont été remis aux récipiendaires. En présence du Professeur Florent Aptel, Président du comité scientifique de l'AFG accompagné de 2 autres de...

Bourse de recherche de l’AFG, la sélection des projets

En octobre 2021 l'AFG a fait un appel à candidatures pour l'attribution d'une bourse de recherche pour un projet de recherche en lien avec le glaucome. Le comité scientifique présidé par le Professeur Florent Aptel a sélectionné 2 projets. Ces 2 projets d'excellente...

Le récepteur Sigma-1 protecteur des cellules

Voici un article publié dans les cahiers d'ophtalmologie qui présente une étude sur le rôle de cette protéine Sigma-1 qui a un effet protecteur sur les cellules en cas de stress. « Malheureusement, chez les patients atteints de glaucome, du fait de la structure de la...

Informations médicales et scientifiques

10 août 2016 | Information santé

Deuxième partie :

LA TRABÉCULOPLASTIE POUR LE TRAITEMENT DU GLAUCOME À ANGLE OUVERT

Elle est utilisée depuis le début des années 1980, et a été longtemps réalisée avec le laser à l’argon, qui fonctionne sur un mode thermique. Depuis quelques années, la trabéculoplastie au laser à l’argon est concurrencée par un laser non thermique dit sélectif. Les résultats en sont identiques, mais cette trabéculoplastie sélective peut être renouvelée en cas de remontée pressionnelle éventuelle après une première séance, ce qui n’est pas permis par le laser à l’argon.

Les impacts sont appliqués sur le trabéculum, qui est la zone d’évacuation de l’humeur aqueuse (schéma 1). Dans le glaucome chronique à angle ouvert, cette évacuation est plus faible, ce qui explique l’hypertension du globe oculaire. Les impacts du laser facilitent cette évacuation peut-être mécaniquement, la brûlure du laser à l’argon provoquant une rétraction du trabéculum et un élargissement des pores le constituant ; mais surtout, pour les deux types de laser, les impacts stimulent les mécanismes cellulaires qui facilitent l’évacuation de l’humeur aqueuse (pompe aqueuse, évacuation des particules encombrant le trabéculum…).

Comment se déroule la trabéculoplastie ?

Ce traitement est réalisé en ambulatoire. Le patient est assis et sa tête posée sur une mentonnière. L’oeil est anesthésié par une goutte de collyre et un verre de contact, permettant à l’ophtalmologiste d’observer directement le trabéculum pour le traiter, est placé sur le globe oculaire. Les impacts du laser sont pratiquement ou totalement indolores. La séance dure moins de 5 minutes par oeil traité, avec environ 50 impacts dirigés sur le trabéculum. Les deux yeux, si besoin est, peuvent être traités au cours de la même séance. Il est habituel de réaliser une seconde séance 3 à 5 semaines après la première pour renforcer et espérer prolonger l’efficacité du laser.

Le traitement du glaucome ne doit pas être interrompu les premières semaines, car cette efficacité peut ne pas être immédiate. L’ophtalmologiste prescrira un collyre anti-inflammatoire quelques jours afin d’éviter une irritation post-opératoire.

Quels sont les résultats et les indications de la trabéculoplastie ?

Il est habituel de proposer ce traitement devant l’insuffisance du traitement médical à abaisser la PIO. Une baisse supplémentaire de la PIO de 15 à 25% est généralement obtenue. Dans certains cas, avec un traitement médical efficace sur la PIO, mais mal toléré ou difficile à instiller, la trabéculoplastie peut permettre de diminuer le nombre de collyres prescrits, voire de supprimer ceux-ci. Attention toutefois : l’efficacité du laser est souvent limitée dans le temps, et il est rare qu’elle persiste au-delà de 5 ans. Il faut toujours garder à l’esprit que la vigilance ne doit pas s’émousser, que les contrôles ne doivent pas s’espacer, qu’il est souvent nécessaire de continuer à instiller des collyres et donc que l’effet du laser habituellement s’amenuise avec les années. Pour cette raison, un traitement médical efficace et bien toléré peut ne pas justifier de complément par le laser, afin de ne pas « tirer des cartouches » inutilement. Cela dit, grâce au laser, éventuellement associé à l’instillation d’un ou plusieurs collyres anti-glaucomateux, le nombre de cas de glaucome à angle ouvert devant être opérés a chuté ces 20 dernières années.

Sur le même thème

Le point sur l’oeil sec

Le point sur l’oeil sec

De 3 à 80%... Selon les études, la fréquence de la sécheresse oculaire varie dans des proportions conséquentes. Si les chiffres réels sont difficiles à donner, une chose est certaine : la prévalence de ce symptôme augmente. En cause, nos conditions de vie. En savoir...

lire plus

Que choisir santé parle du glaucome

Le numéro du mois d'avril de "Que choisir santé" présente la maladie du glaucome. L'annonce du diagnostic est souvent vécu comme un coup de tonnerre avec le risque à l'horizon de perdre la vue. Le témoignage d'une patiente diagnostiquée à la cinquantaine nous expose...

lire plus
Aller au contenu principal