« La nuit se lève » : le regard d’une lectrice sur le livre d’Elisabeth Quin

Un livre qui voit juste

L’Association France Glaucome recevait en mars dernier sa marraine Elisabeth Quin. La parution de son ouvrage « La nuit se lève » (Grasset) en début d’année a mis en lumière son combat face à la maladie. Depuis la sortie de ce livre, beaucoup a déjà écrit sur ce récit relatant le vécu et le ressenti du glaucome. Cependant, peu de plumes atteintes de cette maladie en ont parlé. Ce sera l’originalité de ce regard sur une prose aussi lucide que revigorante.

En se plongeant dans l’ouvrage, chaque personne vivant cette pathologie a l’impression de lire sa propre histoire. Le déni, l’angoisse de perdre la vue, la gorge nouée à chaque consultation, le flou qui s’installe et fait oublier ce que signifiait « bien voir »; rien ne manque au tableau des étapes traversées. Toutefois, la force de cette écriture tient, à nos yeux, dans ce que l’auteure en tire d’enseignements : un travail sur elle-même qui tutoie la résilience. Le chemin pour parvenir à pareille sérénité est singulier et, pourtant, il parle à chacun au plus profond. C’est cette philosophie de vie nouvelle et sa sagesse face à l’irréversible repoussé à coups de collyres et de possibles interventions, que nous saluons. Redoubler de plaisir face à la beauté d’un monde qui s’efface, voilà une preuve d’acceptation que chacun aimerait pouvoir évoquer avec autant de talent, le sourire au coin des yeux.

Cet ouvrage devrait être déclaré d’utilité publique et même remboursé par la Sécurité Sociale. Outre sa conception toujours optimiste de l’existence, il évite la prise d’anxiolytiques, un conseil bien meilleur pour la santé!

Une proposition : tous les ophtalmologistes spécialistes du glaucome et emprunts d’empathie pour leurs patients, devraient le mettre en libre consultation dans leur salle d’attente. Chiche ?

Texte écrit par une lectrice adhérente de l’Association France Glaucome

Voir aussi la vidéo d’Elisabeth Quin qui évoque son glaucome sur franceinfo TV le 17 octobre 2019

Laisser un commentaire

Pour vérifier que vous n'êtes pas un robot *